Le compostage pour réduire notre impact environnemental

compostage pour réduire impact environnemental

Les matières organiques comme les épluchures de fruits et légumes, les coquilles d’œufs etc. constituent 30 % de nos poubelles (moyenne de 82 kg par an). On réduirait considérablement leur volume si on les compostait. Dans cet article, je vais parler du compostage, son intérêt, les étapes à respecter etc. Je ferais également un petit retour sur la journée porte ouverte de mon centre de tri avec comme thématique le compostage.

Le compostage

Le compostage, c’est le recyclage naturel des matières organiques, il reproduit le cycle de la nature. Avec le temps, ces matières se décomposent et rendent leurs nutriments au sol. La transformation de ces matières biodégradables se fait en présence d’eau et d’oxygène par le biais de micro-organismes (bactéries, champignons, actinomycètes) et des organismes de plus grande taille (lombrics, acariens, cloportes, myriapodes, coléoptères et autres insectes). C’est un terreau riche aussi appelé l’or noir des jardiniers.

compostage pour réduire impact environnemental

Intérêts du compostage 

– Lorsque les matières organiques sont mises à la poubelle, leur décomposition naturelle est gênée et cela contribue à la contamination de l’air et du sol. Cette contamination (au contact des autres déchets, avec l’absence d’air et dans un milieu naturel) pourrait être évitée grâce au compostage.

– D’autant que les poubelles d’ordures ménagères sont incinérées, et bien sûr les matières organiques avec. Nous pourrions donc considérablement réduire les émissions de CO² si nous faisions le tri pour composter. L’impact environnemental serait donc amoindrit.

– La quantité d’ordures ménagère serait réduite, cela permettrait de réduire des coûts de gestion que l’on ne voit plus : transport des déchets, mise en décharge, recours à l’incinération.

– Aussi, le compost favorise la vie du sol, il améliore sa fertilité, produit un amendement de qualité.

Contrairement aux idées reçues, le compostage ne sent pas mauvais, n’est pas salissant ni dégoûtant et compliqué. Il faut seulement respecter certaines règles.

Ici, je ne vais pas tout détailler car il existe déjà une multitude d’info sur le sujet :

L’ADEME (L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), a notamment réalisé des guides très bien faits « faire son compost », ou encore « le compostage et le paillage ».

Agrodok a également réalisé un excellent dossier complet. Tout y est abordé : le processus de compostage, comment pratiquer, les différentes méthodes existantes, comment l’utiliser etc.

Voici tout de même les grandes étapes à respecter 

  • Il faut mélanger les déchets entre eux (déchets azotés et carbonés ; déchets secs et humides ; déchets grossiers et fins)
  • Aérer le compost pour apporter de l’oxygène aux micro-organismes qui font le boulot ^^ on peut utiliser une fourche, et j’ai récemment découvert le brasse compost 
  • Surveiller l’humidité. Le compost doit être humide (comme une éponge pressée) mais sans excès
  • Broyer les déchets si besoin car les végétaux durs, longs et encombrants sont les plus difficiles à composter
compostage pour réduire impact environnemental
source : ADEME

Que mettre ou non

Normalement le compost doit être constitué de 2/3 d’origine jardin et 1/3 d’origine cuisine.

Il faut l’arroser de temps en temps.

compostage pour réduire impact environnemental
source : lombric/ADEME

On peut aussi composter les cheveux mais il faut veiller à les humidifier avant car ils se décomposent mieux en milieu humides. Ne pas mettre les cheveux colorés

Les remèdes pour un bon équilibre du compost

compostage pour réduire impact environnemental
source : lombric / ADEME

Passer le cap et interpeller

Plusieurs types de compostages existent :

– Le compostage en tas

Il est pratique lorsque l’on a la place et peu de temps à y consacrer. Cette technique consiste à regrouper les déchets en tas (de 0,5 m à 1,5 m en moyenne) à même le sol, pour faciliter la colonisation par les vers de terre et les insectes.

– Le compostage en bac

Les bacs conviennent pour des petits volumes (jusqu’à 1000 litres). L’idéal est de choisir un composteur porteur du logo NF Environnement, il garantit la qualité du matériel et le respect de l’environnement.

– Le lombricompostage

C’est une pratique idéale lorsque l’on vit en appartement. Elle permet de composter les déchets de cuisine grâce à des vers de terre. Ils vont minéraliser rapidement les matières organiques dans un volume réduit. Pour travailler, les vers ont besoin de beaucoup d’oxygène, d’une température comprise entre 15 et 25°C et d’une humidité forte mais pas excessive. Il faut environ 500 vers pour 100 g de déchets par jour.

Emeline du blog My lifestyle and travel, parle de son expérience avec le lombricomposteur dans cet article.

– On peut aussi fabriquer soi-même son composteur (retrouvez mes inspirations dans mon tableau pinterest.

 

Il arrive que certaines communautés de commune puissent fournir gratuitement ou à un tarif promotionnel, un composteur en bac par foyer. C’était le cas dans celle de chez mes parents. Le voici :

compostage pour réduire impact environnemental

On peut aussi interpeller sa mairie, sa communauté de commune, sa résidence, pour la création de compostage semi-collectif. C’est ce que j’ai fais dans ma ville lors d’un appel à projet citoyen il y a désormais deux ans mais cela n’a malheureusement pas été possible faute de budget.

L’on voit de plus en plus d’initiatives de la sorte se mettre en place.

Une expérimentation de collecte sélective de biodéchets a débuté en juin 2017 dans les 2e et 12e arrondissements de Paris. Cette collecte sera généralisée à terme à tout Paris.

Des solutions de compostage partagé sont proposées et mises en place dans des espaces collectifs depuis plusieurs années. Cela favorise la création de lien social et permet de se responsabiliser par rapport à ses déchets, au lieu d’être consommateur d’un service de collecte de biodéchets. Beaucoup d’autres villes françaises, européennes, américaines s’y sont mises (certaines villes proposent des horaires d’accès spécifiques comme Montreuil et d’autres comme Paris, un accès libre).

On peut lire un article bilan « un an de compost collectif » dans le magasine La ruche qui dit oui.

 

Portes ouvertes de mon centre de tri

compostage pour réduire impact environnemental

Je voulais profiter de cet article sur le compostage pour faire un petit retour sur la journée porte ouverte de mon centre de tri Smitom-Lombric car la thématique était le compost.

Il s’agit de l’un des deux meilleurs centres de tri de France pour tout ce qui est revalorisation (chaleur, déchets verts, compost).

Les déchets ménagers sont brûlés dans des fours. La chaleur qui va se dégager va produire de l’électricité qui permettra de réduire les coûts car elle sera revendue à EDF (ils vendent pour 2 millions d’électricité à EDF par an).

 

Quant à la plateforme de compostage, elle a été mise en place en 2014, donc c’est assez récent. Voici comment cela se passe sur le site :

– 300 tonnes de déchets verts sont stockés dans des biodômes pendant 28 jours. Lors de cette phase de fermentation qui est la phase la plus active, la température atteint jusqu’à 70 °C. Un contrôle de l’aération est effectué pour insuffler de l’air. Effectivement, les bactéries ont besoin d’oxygène pour dégrader la matière organique.

compostage pour réduire impact environnemental

– On passe ensuite à la phase de maturation qui dure 1 à 2 mois. Les déchets verts sont stockés à l’extérieur. Des retournements réguliers sont effectués avec des « retourneurs enjambeurs ».

compostage pour réduire impact environnemental

– En fin de maturation, les déchets verts passent à l’affinage pour être débarrassés des éléments indésirables. Les différentes fractions sont séparées lors de cette étape (la fraction fine : moins de 2 cm ; la fraction intermédiaire : entre 2 et 8 cm ; la fraction grossière : plus de 8 cm)

compostage pour réduire impact environnemental

Cette plateforme de compostage de déchets verts a une capacité de traitement de 30 000 tonnes par an. Elle permet également la production de 10 000 tonnes de compost par an destiné à l’agriculture car il est revendu aux agriculteurs pour revalorisation.

Bilan

Eh bien cette journée était fort intéressante. J’ai beaucoup appris et fait de chouettes rencontres ! Des animations étaient proposées (microscopes pour regarder des insectes, construction de jouets en bois, photomaton, quizz géant…) des stands étaient tenus (troc de plantes, apiculteurs, recyclerie etc) et tout un circuit était mis en place. Une multitude d’acteurs locaux engagés étaient présents.

compostage pour réduire impact environnemental

C’est vraiment satisfaisant de voir ce genre de journée se mettre en place et exister. J’ai appris que les bornes enterrées (containers) équivalaient à 8 gros bacs à poubelle. J’ai découvert qu’il faut 6 bouteilles en plastique pour faire un teeshirt.

compostage pour réduire impact environnemental

compostage pour réduire impact environnemental

Chacun a pu repartir avec son sac de compost.

compostage pour réduire impact environnemental

Il y avait également un bus qui propose des toilettes autonomes et respectueuses de l’environnement : le pika bus.

compostage pour réduire impact environnemental

Je regrette seulement que l’on n’ait pas pu visiter les locaux.

 

Sources :

 

J’ai crée un tableau sur pinterest « La magie du compost ❤ » avec quelques inspirations pour fabriquer son compost et connaitre les bons gestes à adopter, retrouvez le ici.

Il y aurait encore tant à dire et je pense que j’alimenterai cet article au fur et à mesure de mes découvertes. J’espère qu’il vous aura plu ^^

N’hésitez pas à partager vos expériences de compostage dans les commentaires 😉

Merci de m’avoir lu ! 💫💫

compostage pour réduire impact environnemental
Si vous souhaitez enregistrer cette épingle sur pinterest, survolez l’image

4 Replies to “Le compostage pour réduire notre impact environnemental”

  1. j ai un grand jardin donc je met toutes mes epluchure et autre pour mon composte vrais que je l arrosse pas vu qu il est dans un coin de mon jardin en plein air

    1. Super tout ça ! Avoir un grand jardin c’est le rêve 🙂

  2. Coucou,
    C’est un sujet auquel je ne me suis pas encore vraiment intéressée. Pourtant c’est vrai que comme je mange pas mal de légumes, j’ai beaucoup d’épluchures qui partent à la poubelle… mais comme pour tout avant que je m’y intéresse vraiment, ça me semble un peu compliqué. Je suppose qu’il va juste falloir que je me lance un jour ou l’autre pour me rendre compte que ça ne l’est pas forcément ! Merci pour cet article en tous cas 🙂

    1. Coucou,
      Oui, je suis d’accord avec toi, c’est toujours compliqué de se lancer et de modifier ses habitudes car on s’en fait une montagne. C’est le lancement qui est le plus difficile. Il faut surtout y aller à son rythme et sans pression 🌿😘

Laisser un commentaire