Pollution numérique, comment réduire notre impact

On entend de plus en plus parler de la pollution numérique et de tout ce qu’elle induit. Voilà plus d’un an que je voulais rédiger un article sur le sujet et je me suis enfin lancée ! ^^

Nous utilisons tous internet, nous avons tous des smartphones ou ordinateurs, nous avons donc tous un pouvoir sur notre consommation du numérique et sur l’impact qu’il y a derrière. Attendre des solutions « d’en haut » n’est plus une solution. Nous devons tous être acteurs et prendre conscience.

Cliquer c’est polluer, une pollution invisible. Et nous y contribuons tous à notre insu. Chaque clic, chaque chanson écoutée en streaming, chaque mail envoyé va engendrer des transferts de données. La production d’électricité nécessaire à la navigation sur internet est donc très importante.

Constats et chiffres

Le numérique est représenté par trois gros ensembles :

  • Les terminaux (ordinateurs portables, smartphones)
  • Les centres de données. Les centres de données (fermes à serveurs) sont des usines à ordinateurs. Ce sont des grosses pièces qui stockent des disques durs. Les serveurs tournent 24h/24, 7j/7  pour répondre à la demande (croissante) des internautes. Des milliards de données sont stockées : il faut les alimenter en énergie pour les faire fonctionner et il faut aussi de la climatisation pour les refroidir. Ce double travail est très énergivore. De grosses sociétés comme apple, facebook, google, se sont engagées à faire fonctionner leurs centres de données sur des énergies renouvelables. En revanche, pour Amazon ou Netflix c’est tout l’inverse. Ils représentent l’essentiel de la croissance en matière de consommation électrique.
  • Les infrastructures réseau (il s’agit des tuyaux qui font le lien entre les terminaux et les centres de données pour acheminer l’information (antennes, fibre optique, réseau téléphonique etc). Elles sont d’ailleurs mises en péril par la montée du niveau de la mer.
pollution numérique
source : IBM

Aujourd’hui, le secteur informatique, consomme plus d’électricité qu’un pays tout entier comme le Japon et cela augmente de manière exponentielle.

Voici quelques chiffres plus que parlants pour se rendre compte que la pollution numérique n’est pas si invisible que ça :

– Si internet était un pays, il serait le 6ème plus gros consommateur mondial d’énergie.

– Le numérique pourrait représenter 7% des émissions mondiales de CO² en 2025.  Presque autant que toutes les voitures aujourd’hui.

– Un data center de taille moyenne consomme autant qu’une ville de 200 000 habitants.

– Chaque recherche internet génère environ 6g de CO².

– La vidéo génère 300 millions de tonne de CO² par an. L’équivalent de ce qu’émet l’Espagne en 1 an

– Regarder une heure de vidéo par jour équivaut à la consommation énergétique de 2 à 4 frigo par jours.

–  En 1 heure, pas loin de 10 milliards de mails sont envoyés dans le monde, l’équivalent de 50 giga watt par heure (l’équivalent de la production électrique de 15 centrales nucléaires pendant une 1h ou 4000 allers-retours Paris New York en avion).

– 1 mail parcourt 15 000 km.

– Garder 30 mails dans sa boite mail représente en énergie consommée l’équivalent de 24 heures d’une ampoule allumée.

– Entre 65 et 90 % des emails reçus ne sont jamais ouverts mais polluent quand même.

 

Les emails sont donc de gros stockeurs de données. Le tri permet d’éviter une dépense d’énergie inutile et donc d’alléger le stockage de données sur des serveurs à l’autre bout de la planète.

pollution numérique

Quelques gestes à adopter pour réduire notre impact

 

– Le streaming est très gourmand en électricité, regarder un film en basse définition permet de consommer 4 à 10 fois moins d’énergie qu’un visionnage en haute qualité.

– Supprimer la lecture automatique des vidéos sur youtube / facebook

– Supprimer les mails envoyés, chose que l’on oublie souvent.

– Supprimer les mails qui sont dans la corbeille ou dans les boites d’envoi.

– Stopper les signatures de mail, elles alourdissent considérablement les envois

– Eviter de mettre trop de monde en copie des mails

– Eviter les pièces jointes autant que possible et stocker les fichiers sur l’ordinateur pour supprimer le mail.

– Ou opter pour des boites mails « éco responsables » comme celles de Lilo, les pièces jointes sont stockées 7 jours dans les serveurs (le destinataire en est également informé dans le mail).

– Nettoyer sa boite mail avec Cleanfox. Cleanfox permet de trier les newsletters facilement en choisissant celles à garder ou à supprimer. Testé et approuvé 😉

– Marquer ses sites internet chouchous en favoris et passer par les liens directs (cela provoque 4 fois moins d’émission de CO²)

– Eviter les recherches internet inutiles ^^

– Eviter d’ouvrir trop d’onglets, chaque page ouverte se recharge à de multiples reprises répétant ainsi la requête initiale (et son émission de près de 7 g de CO²)

– Stocker les photos sur les disques durs externes plutôt que sur le cloud.

– Utiliser un moteur de recherche solidaire comme écosia qui va replanter des arbres ou encore Lilo qui va soutenir des projets sociaux et environnementaux. J’avais d’ailleurs rédigé un article sur le sujet.

 

Nos accès à internet : smartphones et ordinateurs (les terminaux)

Nous sommes 8 français sur 10 à posséder un smartphone. Une pollution non négligeable pour l’environnement car les composants électroniques sont issus de l’extraction minière, souvent précieux et rares (les métaux lourds utilisés contaminent l’eau et les sols et ce sont souvent les pays africains qui trinquent car les ressources s’y trouvent). La production des smartphones est très énergivore et les différents matériaux se recyclent difficilement. Sans parler de toute l’exploitation humaine autour.

Ce n’est pas joli joli côté production d’ordinateurs non plus, on trouve d’ailleurs plus d’or dans 1 tonne de cartes électroniques que dans 1 tonne de minerai. Dingue non ? Et dire que nous passons en moyenne 200 jours par an sur un ordinateur, et 46 % de la population active française travaille dans un bureau.

Alors, vers quoi s’orienter ? Pour limiter son impact, rien de mieux que le reconditionné à mon sens. Petite vidéo explicative du reconditionné ici.

– Je me suis dirigée vers Backmarket lorsque j’ai voulu changer de smartphone, cela faisait 4 ans que j’avais le même. Backmarket propose des téléphones et ordinateurs reconditionnés.

J’ai opté pour le samsung galaxy S7 gold. Les téléphones sont proposés à différents grades qui font états de leur aspect esthétique. Prix : 246 € au lieu de 549 € donc ça fait une sacrée économie n’est ce pas ? D’autant que mon achat a permis d’éviter 152 grammes de gâchis électronique ^^

applications smartphone mode de vie green

L’envoi se fait très rapidement, il y a un bon suivi du site et du vendeur, tous les professionnels sont certifiés. La garantie est de 6 mois en cas de panne, mais on peut l’étendre moyennant 3,99 € par mois.

D’ailleurs, Backmarcket rachète aussi nos anciens téléphones, il serait dommage de s’en priver 🙂

– Dans le même style, Recommerce, Certideal, Vente du diable, la Bootique des ateliers du bocage proposent également des smartphones reconditionnés (et ordinateurs pour la Bootique) mais je n’ai pas testé leurs services. 

– Dans un esprit un peu plus éthique, il existe aussi les « Fairphone ». Il s’agit de smartphones éthiques et modulaires conçus pour durer et dont toute la conception et la production prennent en compte les contraintes environnementales et de commerce équitable. Ils sont conçus de façon à permettre des réparations simples et le DIY. Le prix est beaucoup plus important mais moins que certains autres smartphones. C’est une question de choix 😉

– Côté ordinateur uniquement, j’ai découvert Why! Une entreprise Suisse qui propose des ordinateurs et lutte contre l’obsolescence programmée. Un peu comme les fairphone, ils permettent d’acquérir des pièces de rechange bon marché (y compris d’occasion) et de trouver des instructions claires sur la manière d’effectuer des remplacements.

– Il y a aussi Commown, une SCIC française qui permet de louer son smartphone ou son ordinateur éthique, réparable et recyclable en partie (proposent des Fairphone et aussi des ordinateurs Why !) 

– Enfin, si l’on souhaite réparer soi-même ses appareils, il  a une masse incroyable de tuto sur le site Ifixit.

– Si l’on souhaite recycler son ancien téléphone, Je donne mon téléphone les reprends grâce à un système d’envoi pré-payé. 

 

Des initiatives plus qu’intéressantes

Piscine de la butte aux cailles à Paris

Cette piscine est chauffée grâce à un centre de donnée depuis mai 2017 (6 chaudières numériques sont installées dans le sous sol de la piscine, anciennement c’était du charbon). Cela permet une économie de 50 tonnes de CO² par an et représente 30 % du chauffage (les 70 autres % sont financés par la mairie de paris) Petite vidéo explicative par ici.

pollution numérique

The shift project

J’ai découvert, Maxime Efoui Hess à travers cet épisode de basilic podcast du 20/09/2019. Il est membre du Think tank The shift project dont le but est de proposer des solutions pour se diriger vers une économie low carbone. The shift project est une association de loi 1901 reconnue d’intérêt général et guidée par l’exigence de la rigueur scientifique. Leur mission est d’éclairer et influencer le débat sur la transition énergétique, en France et en Europe. Ils ont réalisé un rapport sur le numérique et mis en place des outils.

Ils ont notamment crée un plugin Firefox « carbonalyser » téléchargeable gratuitement ici, il va comptabiliser les flux de données qui passent dans le navigateur. Cela permettra ensuite de quantifier la consommation électrique associée à notre navigation, et de la traduire en émission de gaz à effet de serre. Cela permet de se rendre compte et de visualiser nos usages.  

Ils ont aussi établit un guide de réduction du poids des vidéos (plus technique car il s’adresse à ceux qui mettent en ligne des vidéos) pour qu’elles aient moins d’impact sans en altérer la qualité. Chaque minute, ce sont 400 h de vidéos qui sont téléchargées sur YouTube. Imaginez l’impact que cela pourrait avoir si chaque créateur essayait de limiter le poids de ses vidéos ! 

Imago tv

Non pas que je veuille vous poussez à regarder encore plus de vidéos ^^ mais, je voulais aussi vous parler d’Imago tv, une plateforme numérique qui propose une sélection gratuite de plus de 2000 vidéos parmi les meilleurs documentaires, web séries, courts-métrages ou podcasts engagés dans la transition. Il s’agirait ici de « consommer de la vidéo utilement » pour pousser nos réflexions vers le changement.

 

 

Voilà dans les très grandes lignes pour la pollution numérique car il y aurait encore tant à dire. Sachons qu’il est possible d’adapter nos usages pour assurer la résilience du système même si les grosses décisions importantes doivent venir de plus haut évidement. Et, nous ne savons pas ce que l’avenir va nous réserver avec l’arrivée de la 5G  car nous n’avons aucun recul en termes d’utilisation énergétique. Elle offrira beaucoup plus de possibilités que la 4G, donc on peut imaginer que la consommation électrique générée ira de pair…

 

Aujourd’hui, internet est prédominant dans nos vies et notre quotidien. Qu’adviendrait-il sans ? (J’en profite pour renvoyer vers l’article sur la collapsologie)

J’espère que cet article vous aura appris des choses et donné envie de modifier quelques habitudes au quotidien pour limiter notre impact invisible ^^ n’hésitez pas à me partager vos astuces 🌿😊

pollution numérique
Si vous souhaitez enregistrer cette épingle sur pinterest, survolez l’image.

Sources :

Dossier sur la pollution cachée d’internet : épisode n° 6 saison 1 du podcast ça commence par moi 

Dossier sur les produits durables épisode 16 saison 1 du podcast ça commence par moi 

La quotidienne France 5, 25/04/17

Documentaire : Internet, la pollution cachée 

Cette vidéo réchauffe le climat, merci de la regarder 

Infographie sur une rentrée éco-responsable de QQF 

Infographie sur les smartphone QQF 

Minimiser la pollution numérique et surfer écolo? Vidéo d’Ilia Renon & Marie Youpi

Article de Laubobordeaux : 7 gestes simples pour réduire l’empreinte carbone numérique 

6 Replies to “Pollution numérique, comment réduire notre impact”

  1. Waaaaaah… Je suis choquée ! Sincèrement, je n’avais pas réalisé que notre impact numérique était aussi important – même si je pratique déjà quelques gestes réducteurs d’impact. Merci merci pour cet article éclairant.

    1. Oui, c’est vrai que l’on ne se rend pas compte sans chiffres ni se pencher dessus. Contente que cet article ait servi 🙂 merci à toi de me lire 😘

  2. Coucou,
    Je t’avoue que tout ça me semble très effrayant ! Je savais déjà certaines choses mais je n’arrive pas à mettre en place les « bonnes pratiques ». Trier mes mails ça oui, et mon téléphone est également un reconditionné (comme toi, ça faisait 4 ans que j’avais le même !). Je fais attention à ma consommation et à ce que j’achète, mais là où le bat blesse le plus c’est la vidéo… j’écoute beaucoup de musique et je dois bien avouer que Netflix m’a sauvé la mise plus d’une fois dans les périodes un peu plus compliquées ^^. J’ai un peu du mal à comprendre comment on peut en arriver là (mettre en place des choses sans penser du tout à l’impact que ça va avoir). On se retrouve dans des situations impossibles 🙁
    Enfin merci pour toutes ces infos, c’est important de savoir tout ça !

    1. Coucou, oui c’est vrai que c’est effrayant de se rendre compte de tout ça.. c’est vraiment super tout ce que tu fais et a déjà mis en place, ça compense le reste ^^ dur d’être bon partout, l’important est de consommer en conscience 🙂 pareil que toi pour Netflix, donc on ne peut pas tout blâmer ^^
      merci à toi 😘

  3. Salut !
    Super article merci !
    J’ai lu également je ne sais plus où que il faut au maximum essayer d’utiliser son smartphone par le wifi et non la 4g car celle ci consomme bcp plus. Du coup j’ai bloqué quasi toutes mes applications de telephone à une utilisation sur wifi uniquement. As tu des informations sur ça?
    Bonne journée

    1. Coucou,
      Merci pour ton commentaire 🙂 ça me dit vaguement quelque chose mais je n’en sais pas plus, je vais essayer de chercher un peu de ce côté, merci pour la piste 😉 bon dimanche 🌷

Laisser un commentaire