Mon bilan : 6 mois sans sucre

J’achève tout juste 6 mois de régime sans sucre, et j’entre dans mon 7ème mois. J’avais demandé sur instagram et facebook si un article bilan intéresserait certains et comme ce fut le cas, je me suis lancée.

A l’heure où les cookies oréo sont les gâteaux les plus vendus au monde, l’OMS prévoit que le diabète sera la 7ème cause de décès dans le monde en 2030, la réduction de la consommation de sucre est à l’ordre du jour.

Pourquoi un régime ?

C’est sous les recommandations de mon spécialiste que j’ai entamé ce régime. Je n’avais jamais fais de régime avant je ne m’imaginais donc pas ce qu’était la privation alimentaire. Et, lorsqu’il s’agit de la santé, c’est une motivation suffisante pour s’y mettre. Le but de ce régime : ne pas nourrir davantage les bactéries et ma maladie infectieuse, réduire l’inflammation du corps et booster mon système immunitaire (tout ça oui !!). Mais le saccharose n’est pas vital pour notre santé. Il n’apporte aucun nutriment, uniquement des calories, donc de le retirer ne sera que plus sain.

 

Ce que je peux manger :

Je suis une « no sugar soft » d’après la définition de Danièle Gerkens (dont je parle plus bas)

– j’ai supprimé tous les sucres simples (pâtisseries, friandises, sodas, sucres en poudre…) mais je mange des glucides complexes (riz, pommes de terre, légumineuses…) Les « no sugar hardcore » suppriment aussi les glucides complexes.

– je consomme maximum 2 fruits par jour

– j’ai bannis les fruits secs qui sont très riches en sucre

– je ne mange plus de miel (même s’il est naturel, il est très sucré)

– je peux ajouter du xylitol et de la stévia à mes préparations. Je ne les utilise pas systématiquement.

Le xylitol est extrait de l’écorce de bouleau, il a un goût neutre et reste assez couteux.

La stévia est extraite d’une plante et apporte un petit goût anisé (tout le monde n’aime pas). Ce sont des édulcorants naturels mais pour certains, ils ne sont pas une solution car ils entretiennent une accoutumance au goût sucré. Pour moi, ils sont de bonnes alternatives et nettement plus saines !

Le fructose peut nuire au corps. Les fruits en sont constitués de 20 à 50 % mais le corps ne le métabolise pas de la même façon que le glucose et le transforme en graisse. Autrefois, les fruits étaient rares, au paléolithique, nos ancêtres consommaient environ 100 g de sucre par an (fruits, miel). En 2010, en France, nous étions à 79 kg de fruits par an et par habitant (dont 50 kg transformés en purées, jus, compotes etc). Leur consommation est devenue courante mais on peut tout à fait retrouver les vitamines et minéraux dont nous avons besoin (et sans fructose) dans les légumes.

Si je devais consommer un sucre, je choisirais le sucre de coco qui a un index glycémique bas, et est non raffiné.

Je m’autorise parfois des purées de fruits : elles ne contiennent pas plus de 15g de sucre pour 100g de purée (ce qui n’est rien comparé aux confitures qui en contiennent entre 50 et 70g). Le hic c’est qu’elles ne se conservent pas longtemps.

mon bilan sans sucre

Mon expérience

Aux premiers abords, je pensais qu’arrêter le sucre serait peu contraignant mais c’est en étant privé de quelque chose que l’on se rend compte à quel point on en consommait ! L’interdiction de manger un aliment nous donne encore plus envie d’en manger. On imagine son goût en bouche, on se délecte de sa couleur, son odeur. Alors qu’il n’en était rien quand on pouvait en manger. C’était banal et si j’avais su j’aurai davantage pris le temps de le savourer avant. Voila dans l’état d’esprit dans lequel j’étais au début : pleine de frustration 😅

D’autant que j’ai tout arrêté d’un coup, du jour au lendemain. Je ne voulais pas faire la chose à moitié et je voyais mal comment commencer progressivement.

La phase de « detox » a été compliquée mais comme je commençais aussi un régime sans gluten et autres intolérances, il est difficile de dire ce qui me manquait le plus. Je dirais que le premier mois a été le plus rude. Une fois passé ce cap, le plus gros était fait. D’ailleurs, Danièle Gerkens dit « généralement les symptômes d’envie, de manque, de besoin, mettent de six à huit semaines à disparaître totalement », donc ça colle 😮

Je ne saurais dire si c’est l’arrêt du sucre qui m’a provoqué cela, mais pendant ce mois, j’ai énormément bu, jusqu’à 2 litres par jours. J’avais tout le temps soif (aujourd’hui ça c’est calmé). Ça reste un mystère et mon médecin ne sait l’expliquer.

Le petit déjeuner est le repas que j’ai eu le plus de mal à changer. J’ai d’ailleurs regroupé mes idées de petits déjeuners healthy dans cet article. Et pour ceux qui supportent le salé le matin, le choix est vaste.

Pour ce qui est des boissons, je donne quelques idées dans cet article, de quoi varier un peu, mais l’eau reste la seule boisson dont l’organisme ait besoin pour vivre. N’oublions pas que notre organisme en est constitué à 65%.

Et en cas d’envie de craquage, rien de tel que des fruits à coque, riches en bonnes graisses, vitamines et minéraux. Ce sont mes nouveaux bonbons ahah (et le secret de la victoire est de ne pas avoir de bonbons disponibles dans ses placards, sinon la tentation est encore plus grande ^^).

mon bilan sans sucre

J’avoue quand même qu’il n’a pas été chose simple de se faire au chocolat 100% (et donc sans sucre), la première fois que j’en ai mangé, je n’ai pas pu finir mon carré tellement l’amertume était forte et désagréable. Ce n’est plus du tout le cas maintenant.

Mais le changement des habitudes et la rééducation du palais ont pris du temps et ne se sont pas faits facilement. Au début, tout était fade à mon gout, il a fallu trouver des idées pour rendre les préparations plus joviales et se réapproprier ce que je mangeais.

 

Le sucre est absolument partout

Lorsque j’ai arrêté le sucre, je me suis rendue compte qu’il était partout. Je le savais déjà mais je n’imaginais pas à quel point en lisant les étiquettes.

On a l’impression de faire attention, mais quand on y regarde de plus près, on tombe des nues.

Il est aussi très présent dans les produits salé pour corriger l’acidité, augmenter la conservation, apporter du volume, il camoufle bien la qualité médiocre des produits industriels. Et quelle surprise de découvrir que le vinaigre balsamique est composé quasiment de 1/3 de sucre ! 

Pratique, pas cher, bon, le sucre rapporte !

Et dire alors qu’aujourd’hui en France on est à 35 kg par an et par personnes, soit 30 fois plus qu’au début du 19 ème siècle 😱

La place du sucre dans nos rapports sociaux a pris une place importante

C’est une saveur qui rappelle l’enfance et sa consommation n’est plus exceptionnelle. Tous les jours sont des repas de fête.

Les programmes de concours de pâtisseries se multiplient, les incitations publicitaires sont permanentes. Le sucre est omniprésent dans nos vies que ça soit à la télé ou dans la vie réelle. D’un point de vu social et culturel, il est inconcevable de stopper toute consommation de sucre.

Parfois, le stress de certaines situations nous pousse à chercher une compensation 🍰

D’après le Professeur Michel Lejoyeux, le sucre est une substance addictogène. Ce n’est pas pour rien qu’il est appelé l’opium du peuple. Dans des pays en guerre, on donne des glaces aux habitants pour faire redescendre le niveau de stress et les calmer.

 

Le livre « Zéro sucre » de Danièle Gerkens

Mon bilan sans sucre

J’ai entamé ce livre le mois dernier pour pousser ma réflexion et surtout pouvoir comparer mon expérience. L’auteure a effectuée une année « no sugar » et a réalisé un fabuleux travail de recherche. Elle est allée sur le terrain et connaît son sujet. Elle étaye ses recherches en faisant références à des études scientifiques et médicales, en citant des chiffres. On ressent une certaine proximité avec l’auteure, elle raconte des anecdotes de sa vie personnelle, évoque ses rencontres, ses ressentis.

Elle fait part des bénéfices de son année sans sucre :

– un teint illuminé (une glycémie trop élevée déséquilibre notre peau Le sucre ralentit le renouvellement des cellules et favorise le vieillissement cutané)

– perte de poids, de tour de taille, de tour de hanche, quasi plus de cellulite

– plus de coups de fatigue ou de baisse d’énergie

– amélioration du bon cholestérol

– remarqué des effets significatifs sur ses sinusites chroniques (5 à 8 de moins en un an)

 

Des informations essentielles :

– Le sucre nous fragilise et ouvrirait la porte à des infections virales, bactériennes, ou à des maladies auto-immunes, il serait inflammatoire et impliqué dans les maladies cardio-vasculaires mais encore une fois les avis sont partagés et aucune étude ne tranche dessus.

– Il est soupçonné de jouer un rôle sur des maladies neurologiques. La maladie d’Alzheimer serait un diabète localisé dans le cerveau.

– Le sucre est quasiment toujours accompagné de graisses. Le couple sucre + gras est ce qui est le plus dévastateur.

– La consommation de sucre stimule très fortement le système de récompense sur lequel agissent toutes les drogues.

– Il n’existe à ce jour aucune recommandation précise sur le taux de sucres ajoutés en France et sur la consommation journalière de sucre 

– Les lobbys du sucre sont extrêmement puissants. Le CEDUS (centre d’étude et de documentation du sucre) est à l’origine de la création de la semaine du goût, du championnat de France du dessert (avec les meilleurs pâtissiers)

Au terme de cette année sans sucre, elle entame une démarche slow sugar en évitant et limitant ce qui contient beaucoup de sucre. Pour elle, le sucre devrait quitter sa place d’aliment ou d’ingrédient de base de notre alimentation, pour rejoindre la grande famille des condiments.

 

Mais comme elle le dit si bien, « pour arrêter le sucre, il faut accepter une certaine dose de frustration, au moins initiale si beaucoup d’autres choses sont déjà frustrantes, c’est difficile, voire impossible ».

En résumé, c’est un livre très riche, sans discours moralisateur ni jugement moral. Cette lecture m’a encouragée à continuer et m’a apportée des informations solides. Je le recommande vivement 👍

 

Le livre du Dr Robert Lustig « sucre l’amère vérité », a l’air aussi très intéressant, je ne m’y suis pas encore plongée.

 

Les reportages/émissions

Il y aurait encore tant de choses à dire mais les reportages ne manquent pas :

Sucres : l’addiction s’il vous plait (France 5) est disponible sur youtube

– L’émission cash investigation y a consacré un reportage complet.

– Le documentaire choc « Fed up » (dispo sur netflix) est tout aussi parlant mais davantage orienté sur l’industrie alimentaire américaine.

Où j’en suis : mon bilan sans sucre

 

Arrêter le sucre, n’était/n’est pas impossible pour moi, mais cela n’a pas été facile pour autant. Après 6 mois sans sucre, je suis moins stricte sur les étiquettes qu’au début, pour tenir dans la durée et ne pas mal le vivre, il vaut mieux. Par exemple lorsque je vois 3 gr de sucre pour 100 gr, sur l’étiquette d’une boisson végétale, je ne la mets plus de côté (d’autant que je dilue toujours mon lait végétal dans de l’eau).

Devenir « no sugar » prend du temps, de l’énergie et de l’organisation car il faut quasiment tout préparer, le coût est plus élevé et surtout il faut de la volonté (et accepter une dose de frustration). Lorsque l’on n’est pas chez soi ou que l’on veut grignoter rapidement quelque chose, il est quasiment impossible de trouver de quoi se mettre sous la dent 😝 J’ai craqué une fois sur une noisette de nocciolata et j’ai trouvé ça HYPER sucré.

En 6 mois, j’ai perdu 6 kg (je n’espère pas plus 😏 Une de mes copines a été interpellée par mon régime et s’est lancée. Suite à son premier mois elle a perdu 4 kg en retirant le sucre).

Niveau santé je n’ai pas spécialement vu de différence mais je suis un cas complexe ^^

Cela dit, ce régime m’a permis de redécouvrir des goûts authentiques et fins, celui de la cannelle, de la vanille, de la noix de coco, du cacao, du citron… Des goûts que j’avais oubliés car trop camouflés par le sucre.

Je poursuis donc mon régime pour une durée indéterminée 😉

J’espère que cet article vous aura plu et ouvert de nouveaux horizons ^^

Maintenant dites-moi, est-ce que vous pourriez-vous passer du sucre ?

mon bilan sans sucre

24 Replies to “Mon bilan : 6 mois sans sucre”

  1. Excellent article comme toujours Mademoiselle Grenadine et un grand bravo pour ton courage et ta détermination ! J’ai appris beaucoup à la lecture de ton expérience « no sugar » et je comprends ses enjeux et les difficultés ! Comme dirait mon homéopathe, « nous sommes cernés…  » A ce jour, je ne peux m’engager dans cette démarche, mais je reste vigilante quant à ma propre consommation et surtout à celle de mes trois enfants… Merci beaucoup pour ce retour d’expérience très étayé 🙂

    1. Merci beaucoup pour ce super gentil commentaire, ça me touche beaucoup. Mdr c’est entièrement ça ! nous sommes cernés. L’important est de rester vigilant. Ce fameux livre m’a d’ailleurs appris que c’est dans l’enfance que tout se joue au niveau du sucre, et va nous conditionner pour la suite. Je ne doute pas que tu y veilles au grain ^^ merci encore

  2. J’ai beau faire à peu près le même « régime » que toi, je ne me suis pas autant renseignée sur le sujet ! Comme toujours tu nous fais un article bien complet 🙂
    Je suis complètement avec Daniele Gerkens quand elle dit que le sucre devrait simplement prendre sa place parmi les condiments. Dernièrement j’ai à peine un peu assoupli mon « régime » (que je mets bien entre parenthèses vu qu’en soi c’est plutôt un rééquilibrage adapté à mes soucis de santé !) mais pour autant je n’ai pas envie de ré-inclure le sucre… enfin, pas sous sa forme raffinée en tous cas, je préfère m’orienter vers les purées de fruits, les fruits secs voire le xylitol. A part un petit plaisir de temps en temps, ça ne me manque pas vraiment et je ne pense pas que le sucre puisse être bon en lui même de toutes façons ! Après je suis plus salé que sucré donc mon avis est peut-être biaisé, mais je trouve que quand on se ré-habitue le sucre des fruits par exemple est déjà pas mal suffisant 🙂

    1. Ooh merci beaucoup <3
      Pareil que toi, je n'ai pas envie de ré-inclure le sucre, même quand ça ira mieux lol. C'est déjà bien assez avec le sucre des fruits comme tu dis, et il existe tellement de petites astuces pour donner du goût 😍 quand on voit qu'au paléolithique ils ne consommaient que 100g de fruit par an, on en est bien loin lol. Mais c'est une question d'habitude aussi. Merci beaucoup pour ton retour. Gros bisous à toi 😘

  3. Merci pour ton article très bien construit et très instructif, que ça soit sur ta propre expérience ou les recherches qui t’ont amenées à faire ce « régime ». C’est inspirant, je tente moi aussi d’éliminer le sucre.
    Je n’ai jamais été une bouche sucrée mais force est de reconnaître que malgré moi je me retrouve à manger des quantités de sucres conséquentes! Comme tu le dis si bien le sucre est vraiment caché partout même la ou on l’attend pas.

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. Contente d’avoir pu t’inspirer un peu 🙂 Malheureusement oui, nous mangeons beaucoup de sucre à notre insu, le vinaigre balsamique m’a tout particulièrement surprise. Belle soirée 🙂

  4. Coucou!

    Félicitations pour cet article très détaillé et intelligent!
    Ça a dû de prendre un temps fou de le rédiger et d’effectuer toutes ces recherches!
    Bravo d’avoir rélever ce challenge sans sucre!

    Bisous

    Laeti

    1. Coucou,
      Merci beaucoup, oui c’est vrai que ça m’a pris sacrément de temps pour les recherches et la rédaction, mais ravie de partager tout ça 🙂
      Merci à toi.
      Bisouuus 🙂

  5. […] sucre/sans gluten et la réflexion sur les petits déjeuners a été riche. Vous pouvez retrouver mon article sur mon bilan après 6 mois sans sucre ici. Pas facile de changer ses (mauvaises) habitudes. Ma cousine m’a aidé dans cette réflexion et je […]

  6. C’est très intéressant. J’aimerais bien essayer un mois sans sucre pour changer mes habitudes. Je suis une vraie dent sucrée. Ce qui me sauve c’est que j’achète très peu de plats tout prêt, boissons ou gâteaux emballés. J’en évite beaucoup comme ça je pense.
    J’ai deux questions:
    – Pourquoi arrêter les fruits secs? De ce que j’ai compris vu qu’ils contiennent toujours les fibres du fruits, les sucres sont néfastes pour la santé.
    – T’es tu renseigné sur la stevia? Je n’ai jamais utilisé d’édulcorant et quand on est arrivé au Chili (où on habite actuellement) j’ai été très surprise de voir à quel point elle est utilisée. Après m’être renseigné, même si c’est une plante à la base, le produit final n’a plus grand chose de naturel. C’est assez chimique apparemment…

    En tout cas, félicitations pour ces 6 mois. Je trouve ça vraiment bien que de plus en plus de gens se conscientisent sur le sucre.
    Je vais aller regarder les petits déjeuners sans sucre ! 🙂

    1. Coucou,
      Merci beaucoup pour ton commentaires 🙂 Oui déjà tu dois en éviter beaucoup en faisant comme ça, au moins tu contrôles ce que tu mets dans tes plats.
      Les fruits secs sont plus concentrés en sucre que les fruits frais, je préfère privilégier les fruits frais dans une limite de deux par jours.
      Pour ce qui est de la stévia oui, j’ai vu des choses assez contradictoires, la stévia la moins chimique est verte et on en trouve difficilement. Personnellement j’en utilise peu souvent donc je ne suis pas trop exigeante dessus. ça doit être génial d’habiter au Chili en tout cas ! 😀
      Merci à toi, et courage si tu essayes un mois alors 🙂 Bon weekend 🌿

  7. Coucou très bel article très documenté et très précis sur ta vie sans sucre. Tu as du consacrer beaucoup de temps on le ressent. Bravo aussi pour ce passage pas facile. Moi ça fait très longtemps que je ne mange plus de sucre, mais je ne fais pas la chasse aux sucres cachés les sucres lents me sont indispensables pour ne pas avoir de coups de barre. Je ne me crée pas de frustration et peux manger des aliments sucrés parfois mais pas trop sucrés je ne supporte plus. C’est pareil pour le salé j’ai supprimé le sel à cause de mon hypertension et çà ne me manque pas, de toutes façons il y a du sel naturellement dans les aliments. Merci pour le partage ☺

    1. Merci beaucoup Jodanelle 🙂 ça me fait très plaisir. Contente que mon article t’ai plu 😊
      Bravo à toi aussi pour ta vie sans sucre, surtout si ça fait très longtemps 🙂
      Finalement on s’habitue et se déshabitue de tout. C’est vrai que le sel est partout aussi.. Merci à toi et bon weekend 🌿

  8. L article est vraiment bien écrit, chapeau !
    Je suis aussi ce régime depuis 2 semaines pour perdre du poids et j aimerais avoir une idée sur ton poids et ta taille avant ces 6 mois , histoire d estimer combien environ je peux espérer perdre. Merci beaucoup …

    1. Merci beaucoup 🙂 je mesure 1m62 et je faisais 53kg, maintenant j’en fais 47, j’espère ne pas perdre plus.. Après, j’ai une tendance à perdre du poids facilement (plutôt qu’en prendre). Courage pour ce régime. Bon weekend 🙂

  9. Merci pour cet article très riche ! C’est intéressant, je suis également dans un régime limité en sucre (pas plus de 2 fruits par jour, pas de faux sucres, pas de sucres ajouté, très peu de sucres lents) sur ordre de ma diététicienne. Je ne suis pas torp sucré de base mais quand même je me suis rendue compte que j’en consommais plus que ce que je pensais et que c’est très addictif. J’ai toujours fait mes pâtisseries en limitant le sucre car diabète dans la famille, mais maintenant je suis encore moins attirée. Niveau bénéfices en 2 mois : la peau du visage beaucoup plus lisse, moins de rougeurs et presque plus de boutons ou d’activité inflammatoire. Pour le reste, j’ai toujours des coups de fatigue, besoins de sieste… et je suis un régime amaigrissant très restrictif mais perdu que 3kg pour l’instant. Je suis au sans gluten depuis 3 ans et c’est une vraie autoroute vers le diabète, il faut faire très attention. La relation entre le sucre et l’insuline et la résistance à l’insuline est très intéressante, je ne savais pas qu’en mangeant une bête pomme je faisais un pic d’insuline et qu’il ne fallait jamais manger un fruit tout seul en dehors d’un repas par exemple !

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire. Bravo pour tout ça, c’est déjà génial d’avoir limité à ce point. C’est vrai que tant que l’on ne se lance pas, on ne se rend pas compte de l’énorme place que prend le sucre dans nos vies. Et plus on le limite, moins on en veut j’ai l’impression. Je ne peux qu’approuver tout ce que vous dites 🙂 on nous rabâche de consommer des fruits à gogo mais ce n’est pas si bon à haute dose..

      1. Non effectivement les fruits sont des bombes à retardement ! Il faut un temps d’adaptation mais on se déshabitue du sucre.

  10. Voilà plusieurs années que je ne mange plus de sucres ( raffinés, fruits… j’ai gardé les glucides complexes par contre ) et je m’en porte très bien ! Le sucre est vraiment un fléau qui nous rend addict !
    Très intéressant ton article en tout cas, je suis ravie d’avoir découvert ton blog !

    1. Merci beaucoup. Exactement, il n’y a rien de plus addictif que le sucre et une fois qu’on le supprime et qu’on s’en « sèvre », on ne ressent plus l’envie d’en consommer je trouve.

  11. Merci pour cet article. Effectivement j’ai décidé de diminuer mon sucre : plus de gâteaux ou bonbons industriels. Je fais maison au mx et je réduis le sucre des recettes. J’ai perdu 7 kilos en 5 mois, je suis moins gonflée.
    A la lecture de votre article, je vois que tout est lié, le sucre me fait bien grossir. Il faudrait que je sucre mon thé avec autre chose que du sucralose…
    Encore merci pour votre article motivant et instructif 🙂

    1. Merci à vous pour votre commentaire et votre passage par ici. Comme quoi, d’arrêter ou de réduire le sucre ça a des effets directs. Pour le thé pourquoi ne pas utiliser du xylitol qui est neutre en gout contrairement a la stévia qui a un goût anisé. A force j’ai réussis à m’en passer dans le thé mais c’est vrai que tout le monde n’aime pas 😆

      1. J’essaie de plus en plus pour les thés natures. Par contre comme j’ai une sinusite quasi permanente, le sucre seul me fait ressentir les goûts. Je vais chercher pour le xylitol 😉

        1. ah oui pas cool.. bon courage

Laisser un commentaire