Slow fashion, l’achat responsable

Après la slow food, la slow cosmétique, j’ai découvert la slow fashion. Il s’agit d’une mode respectueuse de l’environnement, des droits de l’Homme (conditions de travail) et qui réponde à des normes éthiques.

Alors quoi de mieux que la période des soldes pour évoquer ce sujet. Bon, c’est bientôt la fin mais mieux vaut tard que jamais 😁

La mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde… après celle du pétrole !

Elle produit 80 milliard de vêtement neuf chaque année. La mode jetable ou mode éphémère est un business. On est dans un système de production de masse : on produit toujours plus, toujours plus vite, pour des consommateurs qui en redemandent encore et encore. Nous achetons et jetons nos vêtements plus vite que la planète ne peut le supporter.

Ces 15 dernières années, la production de vêtement a été multipliée par 2. Dingue non ?

La mode jetable a un énorme coût humain, social et environnemental

L’impact sur l’humain et sur l’environnement

Les pays en développement sont un eldorado pour les grandes entreprises : ils leurs permettent d’augmenter leurs bénéfices grâce à des coûts de reviens très faibles. Pour cela, les travailleurs sont payés en dessous du salaire minimum, sans parler des conditions de travail déplorables. Ils travaillent dans ce que l’on appelle les ateliers de misère dits « sweatshop ». Les travailleurs ont un salaire en dessous du seuil de pauvreté pour un temps de travail énorme. Ils n’ont aucune sécurité de l’emploi et ont même un accès limité aux toilettes durant leur temps de travail. Ils n’ont pas de médecine du travail comme chez nous et les enfants travaillent. Mais bon, je ne vous apprend rien, on a tous entendu ça quelque part dans les médias.

Nous participons à tout ça en surconsommant des vêtements et en ne nous préoccupant pas des conditions de fabrication. Trois blogueurs de mode norvégiens sont allés se mettre dans la peau d’ouvriers dans une usine cambodgienne. Là-bas, les ouvriers cambodgiens sont payés 3 $ par jour. (Plus de détails ici : trailer en anglais

slow fashion

Et l’impact environnemental, parlons-en !

Plus de 70 millions d’arbres sont utilisés chaque année pour être transformés en tissus.

Pour faire fonctionner les usines, on utilise du charbon qui pollue fortement l’air. Et les eaux que rejettent les usines sont très toxiques pour les êtres humains.

L’industrie du coton utilise plus de pesticides que toutes les autres cultures dans le monde (j’ai abordé ce sujet dans un précédent article ici). Les agriculteurs et les populations sont empoisonnés et l’eau potable est contaminée.

Un jean, a besoin de 10.000 litres d’eau pour arroser le coton qui servira à sa confection. Le coton est souvent cultivé dans des pays ou les normes environnementales sont inexistantes. Cultivé en Inde ou en Egypte, où la population manque notoirement d’eau, on préfère irriguer les cultures que donner à boire à la population.

Les matières :

Le polyester est la fibre la plus utilisée dans la création de vêtements et il prend des centaines d’années à se décomposer. Et on utilise des combustibles fossiles (pétrole, méthane, charbon…) pour le fabriquer. Autant dire que c’est une matière très polluante.

Le cuir : l’exploitation des animaux est très polluante. Et le gros problème est sa teinture et son traitement qui utilise beaucoup de produits chimiques très nocifs. A forte dose, ça peut brûler les poumons et ceux qui travaillent au contact de ces produits peuvent développer des maladies voir mourir. Concernant le tannage végétal, il vieillirait mieux.

Le lin est une matière très intéressante à tous points de vue : c’est une fibre très résistante et thermorégulatrice (on peut porter des chemises en lin en hiver comme en été). C’est une culture qui ne nécessite aucune irrigation. Plus d’info ici.

La fibre de chanvre est une matière écologique et saine. Les vêtements en chanvre se développent de plus en plus. Comme le lin, ils ont une propriété thermorégulatrice mais aussi hypoallergénique. Son toucher est d’une grande douceur.

Pour préserver la longévité des vêtements, vaut mieux éviter le sèche linge. On peut utiliser une lessive maison pour réduire la pollution que le textile induit déjà : ma recette ici.

 

Intérêt de passer à un dressing minimaliste et de se tourner vers une mode éthique

slow fashion

Nous portons seulement 20 % de nos vêtements et deux fois moins longtemps qu’il y a 20 ans.

Il n’y a que des points positifs à réduire ses achats de vêtements 😊

– Faire des économies qu’on pourra reverser dans un voyage par exemple ou investir dans des pièces plus éthiques (qui sont plus chères)

– Arrêter de surconsommer

– Gagner du temps lorsque l’on choisit comment s’habiller

– Économiser tout le temps que l’on ne passera plus dans les magasins 

– Vivre plus sereinement car vivre dans un espace désencombré diminue le stress. On est apaisé et on se simplifie la vie

– C’est au moment de l’achat, que nous, consommateurs avons de l’influence. Finalement, c’est aussi important que de voter 🙂 saisissons-nous de ça

Réfléchir pour mieux se lancer

– Faire une liste de ce qui nous est vraiment utile

– Se demander quels sont nos réels besoins et écarter nos envies

– Se demander si on remettra le vêtement qu’on achète lorsque la tendance sera passée

– Se demander s’ils s’accorderont bien avec les autres vêtements que l’on possède déjà

– Penser à remplacer uniquement ce qui est usé et ne pas laisser la porte ouverte aux achats superflus

– Se poser la question du made in France. Le fait de produire localement fait baisser l’empreinte écologique d’un vêtement. Même si la production n’est pas bio en France, les normes sociales et environnementales sont développées. Aussi, on est sûr que les conditions de travail seront contrôlées

– Faire attention à la façon dont sont fabriqués nos vêtements et où ils terminent. C’est très polluant de les jeter dans une poubelle.

– Réfléchir à l’achat en seconde main

slow fashion

On peut aussi coudre ses propres vêtements si l’envie nous en dit 😉 Mais il faut garder en tête qu’avec l’achat en seconde main, ce sont les soldes toute l’année 🙂 et ce ne sont pas les lieux et sites qui manquent.

L’achat en seconde main

recyclage-bonobo

Acheter en seconde main ce n’est pas synonyme de vêtements sales ou abîmés. Seulement 10 à 12 % des vêtements usés sont réutilisés dans le monde, c’est très peu comparé à tous les vêtements qui sont crées quotidiennement.

Les vêtements de seconde main seront moins pollués car ils auront déjà été portés et débarrassés des produits chimiques avec le temps (notamment les antifongiques qui sont mis dans les cartons de vêtements neufs pour éviter les moisissures dues à l’enfermement)

Pour acheter, vendre ou donner ses vêtements on a du choix :

 

En ligne :

Achat/vente :

Le bon coin 

Vide dressing 

Vinted 

Clozme 

Etsy une boutique en ligne d’achat et de vente de créations faites mains  

 

Location :

– Hylla penderie : la penderie partagée (un article complet sur mon expérience juste ici)

La fashionlib

Dresswing

– La boite à fringue 

Il existe aussi des concepts de box avec abonnement mensuel comme :

Le closet 

Mais bon, je ne trouve pas la location très économique. Y en a t-il qui ont déjà essayé ? Des fois, ça revient moins cher d’acheter, et c’est dommage.

 

Dons :

Donnons.org 

Toutdonner.com 

– Les groupes facebook de don : ceux du réseau A récup’

 

Echanger/troquer :

Gchangetout 

France-troc 

 

Solidaire :

Emmaus : donner et/ou acheter

– La croix rouge : donner ou acheter dans les vesti-boutique L’argent est alors reversé et sert à aider les plus démunis. Les vestiboutiques parisiennes, mais on peut aussi voir ce qu’il y a près de chez nous en sélectionnant l’action « aide vestimentaire » 

La fibre du tri : filière de recyclage agréée par les pouvoirs publics français, n’hésitez pas à y regarder de plus près

Le relais (les conteneurs) : ils créent de l’emploi tout en protégeant l’environnement

– Les associations qui récupèrent des vêtements ne manquent pas, on peut se renseigner auprès de sa mairie directement

 

Dans sa commune ou département :

Brocantes/ videgrenier/ bourses aux vêtements 

– Les groupes facebook de vente dans sa commune ou son département

 

Se rendre dans une friperie :

– L’annuaire des fripes et accessoire en France : la carte des friperies

Kilo Shop : vente de vêtement d’occasion au kilo 

Hippy Market : réseau de vêtement vintage 100 % recyclé et 100% éthique présent dans 14 pays. 

 

Se rendre à un vide dressing ou organiser un vide dressing :

Un vide-dressing est un évènement organisé par des personnes souhaitant donner une seconde vie à leur garde robe. Cet évènement peut avoir lieu au domicile de la vendeuse ou dans un lieu réservé à cet effet (boutique, bar, salle…). C’est l’occasion de rencontrer du monde et de passer un moment convivial. Ils se développent de plus en plus.

The dressing network 1er réseau social de vide-dressing

Vide dressing.org 

Violette sauvage (vide dressing)

slow fashion
Violette sauvage

 

Se rendre dans des dépôts ventes pour acheter ou confier ses vêtements à la vente :

15 adresses de dépôts vente dans Paris 

– Le dépôt vente Bobby, dans le 11ème 

– Le dépôt vente au petit bonheur la chance à côté d’Aix en Provence

La frange à l’envers, mais qui est assez sélect’ (Paris, 11ème)

– Et, mieux qu’un dépôt vente en ligne, Pretachanger achète directement vos vêtements. Ils vendent également des pièces de secondes main reconditionnées.

 

Les achats inévitables ( le rafistolage ça va un temps)

Pour ce qui est des chaussures, on peut opter pour une basket éthique notamment de la marque Veja. On peut trouver des chaussures sympa en seconde main (raison de la vente : tailles qui ne va pas, style qui ne plait pas…) mais si on veut acheter du neuf autant se diriger vers une marque à la qualité durable et/ou éthique.

Mais tout ne peut s’acheter en seconde main. Pour les sous vêtements par exemple, on peut opter pour des matières qui s’usent moins comme le coton bio.

 

Quelques sites de marques éthiques qui vendent des sous-vêtements :

– Peau éthique : lingerie en coton biologique 

Ma petite culotte 

Sous vêtement bio pour homme 

 

La mode éthique :

La mode éthique a pour vocation réduire l’impact environnemental et respecter les droits des travailleurs. Mais, c’est aussi un très bon outil marketing donc il faut être vigilent.

Sur le blog de happy new green on peut retrouver un annuaire slow fashion (il faut cliquer dans sa barre de menu en haut) 

 

Quelques e-shop éthique :

L’exception (select store de créateurs français, mais tout n’est pas made in France ni éthique, il faut trier). Ils vendent notamment la marque l’herbe rouge, une marque française éthique et écologique

La musique des anges 

Ekyog ( la vente en boutique se développent partout en France) 

La boutique éthique (il y a notamment la marque tudo bom)

Loom : marque éthique pour homme 

Daregreen : Boutique en ligne française de vêtement en chanvre 

1083 : marque de jeans bio, éthiques et made in France 

 

Le commerce équitable

Ce type de commerce contribue au développement durable en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs du sud.

Altermundi : il y a quatre boutiques dans Paris mais on peut aussi acheter sur leur site 

Modetic 

Quat’rues 

 

Où j’en suis ?

Si je ne compte pas les vêtements que l’on m’a offert, cela doit bien faire un an que je n’en ai pas acheté. J’ai fais un gros tri et j’ai réussis à rassembler mes affaires d’été et d’hivers au même endroit : dans ma chambre. Fini le transfert de garde robe lors du changement de saison, tout est sous mes yeux. J’ai ainsi une meilleure visibilité de ce que je possède. Je souhaite continuer de ne rien acheter, aller progressivement vers un dressing minimaliste, et sûrement créer une garde-robe capsule. Le principe est de choisir des pièces que l’on pourra mixer entre elles et en faire des assemblages différents de façon à réduire sa quantité de vêtements. Je vais donc aller à mon rythme et je ferais peut-être un petit bilan dans quelques mois si cela vous dit 😉

Il est bien évidemment impossible de passer d’acheteur impulsif à ne plus rien acheter de neuf mais on peut commencer par acheter responsable. Il est inutile de se brider et de s’imposer de ne rien acheter. L’essentiel est d’entamer une réflexion 😊

Cette vision de la mode vous plait-elle ? Est-ce que vous connaissez d’autres sites/bonnes adresses ?

A lire pour les intéressés : Certaines marques sont en bonnes voies de désintoxication d’après Greenpeace : ici.

 

slow fashion

12 Replies to “Slow fashion, l’achat responsable”

  1. Coucou, alors moi je commence à y réfléchir sérieusement 🙂 J’ai déjà pas mal fait de tri dans mon armoire et j’achète beaucoup moins qu’avant. Je m’oblige à porter ce que j’ai achetés en dernier plusieurs fois avant de refaire des achats, bref je fait mon chemin petit à petit. Et quand je vois des vêtements que j’ai achetés il y a peu et qui ont déjà des défauts, couture qui est mal faite ou bouloche cela m’énerve car même si ce n’était pas cher ce n’est pas une raison pour ne porter le vêtement que 2-3 fois donc je me dis que peut être y mettre le prix sa peut valoir le coup. Par contre dans les fabricants de mode éthique je suis souvent déçue car niveau taille quand on est ronde (ce qui est mon cas) cela ne va pas plus loin que le 44. Après le seconde main c’est sûr c’est les soldes toutes l’année 🙂

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. L’important est d’y réflechir et d’y aller à son rythme 🙂 ahh c’est dommage pour les tailles, et c’est vrai qu’en achetant sur internet c’est difficile aussi de voir si ça nous va. Il faudrait voir s’il existe des marques éthiques qui proposent des grandes tailles. Bon après-midi à toi 🙂

  2. bonjour et merci pour cet article très complet !

    Concernant Pretachanger, ce n’est plus un site de troc, désormais :

    – Pretachanger rachète directement vos vêtements en quelques clics (mieux qu’un dépôt-vente en ligne, vous recevez le paiement sans attendre que les vêtements soient revendus).

    – Pretachanger vend des pièces de seconde main reconditionnées de -60% à -90% et actuellement vous bénéficiez de -15% avec le code de bienvenue : BIENVENUE15

    Très bonne journée

    1. Merci beaucoup pour ces informations. J’ai rectifié ça dans l’article. ça m’intéresse fortement 🙂 et merci pour le code de bienvenue. Bonne soirée à vous.

  3. Bonjour ! Moi j’y suis passé mais petit à petit inconsciemment. Lors de mes premières années d’étude je faisais pas mal de shopping sans être une shopping addict. Puis au fur et à mesure, je me disais « ai je vraiment besoin de ça ? » En plus, je travaille dans la restauration ce qui m’oblige à avoir une tenue de travail résultat je n’use pas spécialement mes vêtements. Là où certaines mettent de l’argent dans des fringues à gogo je mets de coté pour mes voyages par exemple. J’achète quand j’ai besoin comme les chaussures par exemple.

    1. Bonjour 🙂 tu as bien raison, c’est tellement mieux un beau voyage que des tonnes de vêtements lol. Surtout quand on a un métier comme toi. Je trouve qu’à partir du moment où l’on se pose la question de l’utilité, on voit vraiment les choses différemment.

  4. Je suis dans la même optique que toi, et je me lance aussi dans une meilleure consommation et les premiers temps ne sont pas simples mais déjà je n’aime pas faire les magasins 🙂 et pour ma fille je me suis lancée sur patatam site d’occasion, et j’adore et je lui achéte quand c’est possible de jolies tenue éthiques. J’ai essayé le closet, ce sont de très jolis vêtements mais l’abonnement revient vite cher.

    1. C’est super tout ça !! Oui, je pense que ce sont les débuts qui sont plus compliqués mais c’est pour du bon 🙂 je me demandais ce que donnait la location. Merci 🙂

  5. Superbe article ! Je suis dans la même optique depuis peu en ayant une consommation plus réfléchie. J’ai fait des achats chez Violette Sauvage, on y trouve des produits intéressants 🙂 Et pour mes enfants, j’ai dernièrement commandé sur Fashionizy. Ils vendent des produits d’occasion pour les enfants, et il y a des bonnes affaires pour le coup !

    1. Merci pour ton commentaire 🙂 c’est super de voir qu’on est de plus en plus à entamer ces réflexions 😉

  6. […] Slow fashion, l’achat responsable […]

  7. […] Slow fashion, l’achat responsable […]

Laisser un commentaire